In FOOD AND DRINKS

Le Blue Bay restaurant

MVoyagerblog est invitée au Blue Bay restaurant

Bonsoir à vous mes gastronomes préférés, ce soir le chef Marcel Ravin nous fait voyager de Monaco à la Martinique au travers d’un divin menu dégustation.

Le « Blue Bay » restaurant a ouvert ses portes il y a onze ans lors de l’ouverture du Monte-Carlo Bay Hôtel & Resort. Marcel Ravin, qui en est le chef d’orchestre, a réussi à décrocher une étoile au Guide Michelin en 2015.

La veille de mon anniversaire j’ai eu l’honneur d’être invitée à découvrir son univers aux influences créole et française qui forment une somptueuse harmonie. Sa cuisine audacieuse et surprenante met en avant des denrées salées et sucrées qui se marient à la perfection.

Tout au long de ce voyage culinaire, il nous conte son histoire, son enfance et son amour qui affirment son identité et rendent sa gastronomie unique à Monaco.

Bbay (1).JPG

L’ensemble du restaurant est décoré à l’occasion des fêtes de fin d’année dégageant une atmosphère à la fois festive et paisible. La cuisine est ouverte, ce qui permet à la clientèle d’observer une brigade qui met tout en œuvre pour leur offrir du plaisir au travers des mets qu’ils confectionnent avec passion et minutie. L’ensemble des serveurs et sommeliers sont vêtis de costumes élégants à l’image des lieux.

Le chef m’invite à me rendre au cœur du restaurant afin de mieux comprendre sa passion et son métier. Je découvre une brigade composée de femmes et d’hommes qui subliment et respectent les produits de la terre et de la mer.

Bbay (3).JPG

okokokok.JPG

Lorsque j’assiste à ce spectacle, une grande émotion s’empare de mon être car c’est un privilège d’être dans les coulisses et d’assister au « coup d’envoi ». De délicieuses et appétissantes effluves émanent des diverses préparations que les cuisiniers confectionnent avec talent. Ce qui retient mon attention, c’est le calme qui règne au sein d’une cuisine qui fume, frémit et réalise de réelles œuvres d’art colorées et pointilleuses. Le chef échange respectueusement avec son équipe qui exécute et applique les ordres de ce dernier avec une formidable cohésion de groupe. Pour terminer le met, Marcel Ravin s’empare d’une fine pince afin de parfaire son dressage avec délicatesse. Il apporte sa touche finale à l’aide de nombreux et différents condiments qui soulignent ses origines.

Bbay (8).JPG

Bbay (7).JPG

Bbay (10).JPG

Le Maître d’hôtel m’installe à ma table avec professionnalisme et un agréable sourire. Un chef de rang me propose une large sélection de pains, je choisis le pain signature qui est une brioche martiniquaise traditionnellement servie lors des fêtes familiales. Ensuite, il me verse une séduisante huile d’olive au Mandja qui nous transporte jusqu’à Fort-de-France.

Je débute mon dîner avec le « Croque feuille de foie gras au pain d’épices, Chutney de coing et son cerfeuil musqué« . Cette entrée met à l’honneur le foie gras qui est un produit noble que j’affectionne particulièrement. Lors de la mise en bouche, j’ai eu le plaisir de déguster ce produit décliné sous plusieurs formes et cuissons, associé à des denrées inattendues. Il a sublimé cet incontournable sous forme de terrine, crème brûlée et macaron avec une maîtrise irréprochable. Le foie gras est associé à un chutney de coing parfumé au vieux Rhum, à une dentelle et brioche au charbon naturel. L’ensemble est sensationnel, une explosion de saveurs qui réjouissent mes pupilles gustatives. Par ailleurs, je souhaite saluer la présentation aérienne et artistique de ce plat.

Bbay (12).JPG

Bbay (13).JPG


Bbay (14).JPG

Je poursuis mon évasion martiniquaise avec « L’œuf manioc d’automne, truffe blanche d’Alba et son maracuja« . Lorsque le chef de rang m’annonce l’intitulé, je suis surprise de retrouver ces aliments autour d’une même recette et pourtant j’apprécie chaque bouchée dont l’assemblage du sucrée/salée est idyllique grâce à la purée de manioc qui apporte de la douceur, l’œuf fondant en bouche, l’émulsion du fruit de la passion originale ainsi que la succulente truffe blanche d’Alba. L’ensemble de ces éléments m’ont époustouflé et en ont fait mon plat préféré de la soirée.

Je continue mon dîner avec la « Sole de Méditerranée pochée dans un bouillon d’atoumaux, extraction d’un calalou originel« . C’est un met raffiné qui détient une grande délicatesse. La cuisson du poisson est parfaite, la chair est enrobée d’une délicieuse et colorée préparation typiquement martiniquaise qui apporte du relief à la sole. Au moment de la dégustation, les deux éléments se confondent et se marient à la perfection car les légumes et les condiments relèvent le goût de cette dernière.

Bbay (15).JPG

Bbay (16).JPG

Enfin, je fini les plats salés avec un « Confit de porcelet et boudin noir au piment végétarien, légumes d’un potager urbain« . En toute honnêteté je ne suis pas une amatrice de boudin noir. Lorsque le chef de rang m’énonce l’appellation de mon met, je suis assez septique mais ça été une pure révélation! Les produits de la terre sont mis en avant avec des textures différentes qui apportent un relief irréprochable à mon assiette. Je débute avec le confit de porcelet qui croustille puis fond en bouche au moment de la dégustation. Ensuite, j’apprécie la purée de boudin noir accompagnée de céleri. L’association de ces deux éléments est une réelle réussite. Je termine enfin par les enchanteurs légumes du jardin venant tout droit du potager du Monte-Carlo Bay Hotel & Resort.

Bbay (18).JPG


Bbay (20).JPG

On m’apporte le pré-dessert signature du restaurant qui se présente sous forme de glace et crumble. Je tombe littéralement sous le charme de l’union entre le lacté d’oseille, le yaourt glacé et la goutte d’huile d’olive. La mise en bouche est enivrante, les parfums s’accordent avec une justesse absolue.

Enfin, pour clôturer ce fantastique dîner, je choisi l’audacieuse « Transparence, de pommes et aubergines« . Je suis incroyablement stupéfaite par ce mélange qui éveille ma curiosité. Le dessert est judicieusement réalisé car il procure un effet de surprise. Lorsque vous cassez le dôme en sucre vous appréciez une glace à l’aubergine qui détient des morceaux de pommes vertes en son cœur. En dessous, un croquant et gourmand biscuit normand vous apporte une pointe croustillante et appétissante. Puis, la pomme crue et cuite est assaisonnée à la cannelle… j’adore, cela me rappelle mes origines scandinaves!

Je désire vous faire part d’une chose qui m’a ébahi, le chef est sorti de ses cuisines pour saluer et demander l’avis de toutes ses convives. Je suis admirative par cette initiative qui est à la fois charmante mais également risquée. Il a accepté d’échanger avec sa clientèle et ça, c’est digne d’un grand chef!

Bbay (21).JPG

Bbay (24).JPG

Je souhaite sincèrement remercier le chef Marcel Ravin pour son chaleureux accueil qui m’a ému et comblé de bonheur. Puis, un grand bravo à la brigade qui a offert du plaisir à la clientèle grâce à leur service irréprochable et à leur agréable sourire. J’ai réellement ressenti la cohésion entre la salle et la cuisine qui collaborent en parfaite harmonie.

Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires, je vous invite à vous rendre sur leur site internet. Sachez que le chef dirige également un restaurant en Martinique.

J’espère que cet article vous a plu, à bientôt mes gourmands!

Share Tweet Pin It +1

You may also like

Agatha

La bijouterie Agatha Monaco

Posted on 14 décembre 2016

Cookie

Come to the dark side we have cookies

Posted on 3 août 2016

MVoyagerblog est invitée chez Dionysos Wines - Monaco

Dionysos Wines à Monaco

Posted on 21 novembre 2016

Previous PostDionysos Wines Monaco & la maison Laurent-Perrier
Next PostL'hôtel Monsigny à Nice

2 Comments

  1. Margit
    2 années ago

    Très intéressant l’article . Et les photos sont manifiques😊

    Reply
    1. MVoyagerblog
      2 années ago

      Merci ma petite maman hihi 😀

      Reply

Leave a Reply